Le blog de Jean-David Desforges

De Soignies à Anduze, d'un trésor à l'autre

17 Mai 2014 , Rédigé par Jean-David Desforges Publié dans #Mes billets

De Soignies à Anduze, d'un trésor à l'autre

[Passage en revue] Qu'on soit en Belgique ou en France, qu'on soit devant la presse ou devant des "détectoristes", la constance voudrait qu'un discours reste le même. M. Laurent Schmitt du Comptoir Général des Bourses (CGB), Président des Amis de la Romaine, Vice-président de la Fédération Française des Associations Numismatiques (FFAN) et des Amis du Franc nous montre un impressionnant sens de l'adaptation. Signe des temps qui changent ?

Ainsi, lors de sa conférence sur le trésor de Liberchies, en Belgique, le 20 avril 2013, Laurent Schmitt a pu discuter avec un détectoriste. Leur conversation est ainsi reportée sur le forum BMDT :

Cafa : "Cerise sur le gâteau, j'ai pu discuter avec des archéologues faisant partie de l'équipe qui a découvert le trésor (histoire étrange). Ils se disaient favorables à une modification de la loi "en faveur" des détectoristes. Ils sont conscients de sa stupidité actuelle. Nous travaillons sur, grand maximum; 30cm et les agriculteurs vont bien plus bas. Et bien plus de découvertes seraient publiées."

En fait, il faut comprendre que l'interlocuteur est le conférencier en personne. La découverte ayant eu lieu en 1970, et le responsable de l'étude, Marcel Thirion étant décédé sept ans plus tard, l'auditeur n'a pas bien saisi à qui il avait à faire.

Cette semaine, c'est à Anduze que Laurent Schmitt donnait une conférence sur le trésor des Vignes (voir le lien ci-dessous) :

"Le conférencier a terminé son intervention en rappelant que l'utilisation de détecteurs de métaux était interdite, seule une découverte fortuite permet à son inventeur d'en tirer profit et lorsque l'on sait que les aurei ont été vendus entre 2 800€ et 16 200€, cela laisse rêveur.

Actuellement, la meilleure solution est d'informer la DRAC qui indique la marche à suivre."

Et Christophe Davy, responsable fraîchement débarqué de la Fédération Européenne des Prospecteurs, de commenter l'article sur la conférence d'Anduze :

"Si même les numismates se mettent à dire que la prospection est interdite où allons nous ? Surtout lui qui bénéficie de bon nombre d'étude venant de collection privée dont forcement certaines trouvées au détecteur... C'est pas un peu cracher dans la soupe ça ?" (sic)

Qu'il se rassure. Le Comptoir Général des Bourses n'est pas prêt à couper ses approvisionnements.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article