Le blog de Jean-David Desforges

Actions casquées (1)

8 Mai 2014 , Rédigé par Jean-David Desforges Publié dans #Les chasseurs de trésor français, #Mes billets

[PASSAGE EN REVUE] Le 5 janvier 2013, le groupe Action Centurion (A.C.) apparaît sur les écrans du monde du pillage archéologique. S’il émane de la Fédération Européenne des Prospecteurs (FEP), ce groupe dément pourtant, dès ses premières heures, toutes affiliations.

Pourquoi ? Parce que la FEP, en perte de vitesse suite à une série de bourdes1 de ses communicants et responsables cherchent à redorer le blason de la détection de loisir, qu’elle tient à représenter dans son intégralité. Action Centurion a, pour sa part, un précédent avatar sous le titre ronflant de Mouvement de Défense Absolue de la Détection de Loisir (MDADL), bras armé contre l'association HAPPAH.

 

Dans cette évolution des antagonismes, il faut que la FEP se ressaisisse… d’autant que bon nombre de membres de cette fédération ont rallié la page Facebook où Eric Champault (HAPPAH) coordonne le signalement des ventes sur Ebay. La démarche de l’association HAPPAH est claire : « Nous ne sommes d’accord sur presque rien, sauf sur les ventes d’artefacts anciens. Si vous êtes disposés à les signaler, nous acceptons votre participation. » Le contrat est sans ambigüité. Il participe à l’affaiblissement de la FEP. Cette stratégie comprise après plusieurs semaines, ces détectoristes vont imaginer créer leur propre groupe de signalement Ebay, avec la volonté affirmer de concurrencer l’association HAPPAH : c’est Action Centurion.

 

Actions casquées (1)
Actions casquées (1)
Actions casquées (1)

Le premier objectif d’Action Centurion est de se positionner sur les ventes d’objets archéologiques sur Ebay ou Le Bon Coin. Alors que l’association HAPPAH fait annuler les ventes menées par des détectoristes, Action Centurion contacte les vendeurs en demandant une modification simple des annonces. Il est impératif que les expressions « trouvé en prospection » ou « lot de détection » disparaissent ! La présentation du groupe sur Facebook étant la suivante :

 

"Nous sommes opposés à la vente de tout objet issu de la détection car cela n’est pas compatible avec la detection de loisirs."

 

Leur démarche n’exclut donc pas la vente d’objets archéologiques. Leur annulation perturbe le fonctionnement des réseaux de plusieurs de leurs membres et sympathisants. Il ne faut pas se rendre plus impopulaire, si cela est possible. CQFD.

 

L’autre intérêt d’un groupe cantonné au réseau social Facebook est que l’anonymat peut y être cultivé. Il est possible d’y créer autant d’alias que possible. Ces membres, sous plusieurs pseudonymes, se fondent dans les listes de détectoristes, jugent et agréent les comportements des plus anodins des collectionneurs-fouilleurs. Nous les trouvons sur les groupes archéologiques, sur les pages de l’INRAP et d’autres institutions… La toile ne tarde pas à s’étendre et à s’ancrer grâce à plusieurs pseudonymes. Une mentalité, une ambiance Action Centurion s’installe bien que le groupe n’ait aucune légitimité affirmée ni d’acte de fondation ou de reconnaissance réelle et officielle. Le mot d’ordre est l’entrisme. Le discours est poujadiste.

 

Dès les premières heures du groupe, j’ai pour ma part osé un commentaire sur ce nom Action Centurion, leur signalant que la connotation avec le fascisme et l’extrême-droite française était très voyante, des ligues des années 1930 aux publications de Venner et Mabire, tout en passant par Vichy. Mes propos ne sont pas restés en ligne plus de dix minutes, tout en me déniant le droit d’intervenir à nouveau.

 

Récemment, deux nouveaux groupes Facebook, nommés respectivement Les mensonges HAPPAH et Détection identitaire sont mis en ligne. Le premier a vécu mais le second, brassant des informations du Bloc identitaire, des attaques non dissimulées contre les adhérents de l’association HAPPAH et des contenus semblables à celui de la page A.C., est une version ouvertement d’extrême-droite d’Action Centurion.

1 La liste est très longue. Nous pouvons citer :

  • Le projet de plainte contre l’INRAP suite à la publication sur Internet de Charles Gosse. Il s'agissait de photos prises sur le chantier de fouilles de Caudebec-lès-Elbeuf en l’absence du personnel. Il s’y était bien entendu introduit clandestinement pour y détecter.
  • Un rendez-vous avec une relation d’une relation de Pascal Gervoise… présenté comme un entretien avec le président Nicolas Sarkozy à la veille des élections.
  • La complicité du staff de la FEP, à commencer par son président Omar Essaoui et son ambassadeur Louis-Pol Delestrée dans la fumeuse affaire du Tombeau d’Alexandre en décembre 2013.
  • La découverte d’un fichage des archéologues français, particulièrement renseigné lorsque les personnes sont peu ou prou engagées contre le pillage archéologique.

Etc.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article