Le blog de Jean-David Desforges

Pas de détecteur de métal sur les plages, dit la CCN

30 Septembre 2013 , Rédigé par Jean-David Desforges Publié dans #Législation

[CANADA] Lu sur lapresse.ca

par Simon Séguin-Bertrand

Un citoyen de Gatineau croyait bien faire lorsqu'il a entrepris de «nettoyer» les plages de la région à temps perdu, armé de son détecteur de métal. Mais il a appris, à sa grande surprise, qu'il n'est pas le bienvenu sur les plages gérées par la Commission de la capitale nationale (CCN).
Le butin de David Brassard consiste généralement en quelques bouchons de bières, des clous, des déchets et, avec un peu de chance, un petit bijou.
«Je me suis acheté un détecteur de métal pour faire de la prospection. Dans mes temps libres, je me promène sur les plages. Si je suis chanceux, je peux trouver des bijoux, de la monnaie... en même temps ça nettoie les plages», affirme le fonctionnaire de carrière.
M. Brassard a constaté au fil de ses recherches que les plages ne cachent pas seulement que de «petits trésors». Une foule de déchets plus ou moins nocifs pour l'environnement sont enfouis sous les pieds des baigneurs.
«J'ai trouvé au lac Beauchamp (une propriété de la Ville de Gatineau) une cinquantaine de petits clous. Et des bouchons de bières, il y en a à la tonne, décrit-il. Je trouve quelque chose à chaque pied et demi.»
Croyant que son passe-temps créerait une situation gagnant-gagnant, M. Brassard a bondi lorsqu'il a appris que sa présence était indésirable sur les terrains de la CCN.
«Ils ne veulent pas qu'on ramasse quoi que ce soit sur leurs plages, ce que je trouve un peu ridicule. Ça ne change rien que je passe et que je nettoie les plages», estime-t-il, précisant que sa demande a été bien accueillie à la Ville de Gatineau.
À la CCN, on indique que le Règlement sur les propriétés de la CCN et la circulation sur ces derniers règlements sont clairs. «L'utilisation de détecteurs de métal sur les terrains de la CCN n'est pas autorisée. Un permis pour une telle activité ne serait délivré, qu'à des fins de recherche scientifique ou archéologique», a-t-on confirmé par courriel.
L'utilisation d'un détecteur de métal contrevient au règlement «en ceci qu'il s'agit d'une activité de nature à physiquement affecter des propriétés de la CCN; qu'il s'agisse de bien meuble ou immeuble ou qu'il s'agisse d'espace naturel, d'arbres ou de plantes», indique-t-on plus loin.
Aux yeux de l'agence fédérale, les recherches de M. Brassard risquent donc de «perturber ou d'endommager les ressources archéologiques»."

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article