Le blog de Jean-David Desforges

Les anti et pro-détecteurs de métaux s'opposent sur Internet

4 Mars 2010 , Rédigé par Jean-David Desforges Publié dans #Lutte contre le pillage, #Les chasseurs de trésor français

[FRANCE] Lu sur le site courrier-picard.fr

Le débat fait rage, sur le site web du Courrier picard, entre les partisans et les détracteurs de l'usage des détecteurs de métaux, vendus à grande échelle en France depuis la fin des années 70. Rappelons que depuis décembre 1989, la loi interdit leur utilisation sur « tous les sites archéologiques français, connus ou potentiels ». Transgresser peut être puni de sept ans d'emprisonnement et 100 000 € d'amende. Dans l'Oise, l'Aisne et la Somme, la législation est complétée par des arrêtés préfectoraux rendant illicite la détection quel que ce soit le lieu, en raison du danger suscité par la présence d'explosifs de la Première Guerre mondiale.

« Il faut quand même rappeler que le commerce de monnaies de collections antiques et autre antiquités a débuté en France bien avant la commercialisation des détecteurs de métaux, tient à opposer un internaute, sous le pseudonyme Noyon. Arrêter les vandales doit être une priorité, mais tant qu'on y est, arrêtons de vendre des voitures et il n'y aura plus de chauffards ! »

Ce même lecteur affiche un avis bien tranché : « Le refus de communiquer et de partager les connaissances est je pense à l'origine de ce climat malsain. Le détecteur de métaux a toujours été présenté comme une "arme de destruction massive", mais comment font nos voisins anglais pour canaliser la passion des "détectoristes" et éviter les pillages ? Eh bien ils les encadrent et s'intéressent à cette activité ».

D'autres internautes, tels Doug, réagissent avec virulence : « La vente libre des détecteurs de métaux est une aberration et les larmes de crocodile versées dans les commentaires précédents cachent mal l'appartenance de leurs auteurs au lobby du pillage de loisir, cherchant à minimiser les faits dans le but de faire exploser les ventes de poêles à frire. Celles-ci ne profitent qu'à une poignée de crapules (fabricants, revendeurs et éditeurs de revues spécialisées) qui dépècent notre patrimoine. »

Le débat est on ne peut plus ouvert : auteur d'un site internet défendant l'utilisation du détecteur (www.leplombiergaulois.net), un Alsacien téléphonait quant à lui à notre rédaction, suite aux événements de février, pour dénoncer « tout amalgame » entre les pilleurs et ceux qu'il nomme « les prospecteurs responsables, que l'on veut éradiquer ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article